Euro 2016: groupe E, dommages collatéraux

Modifié le

Euro 2016, Groupe E, Belgique

Focus sur le groupe E de l’Euro 2016, celui de la Belgique, de l’Italie, l’Irlande et la Suède.

Publicité

Effectivement, dommages collatéraux en perspective dans ce groupe E de l’Euro 2016 pour le moins relevé. La nation numéro 1 au classement FIFA, la Belgique, se retrouve d’entrée de jeu confrontée à son propre destin, elle devra prouver que son statut n’est pas usurpé en affrontant l’Italie, fréquent quart de finaliste de tournoi majeur, l’Irlande et sa soif briller sur le continent, et la Suède avec son géant Zlatan qui portera tout un pays sur ses épaules. Malgré le rappel à l’ordre reçu par les Italiens face à l’Allemagne en amical (défaite 4-1), la Squadra Azzura reste pour moi le grand favori de ce groupe, qui nous réserve de belles surprises.

La Belgique doit briller

Oui, les Diables Rouges de Belgique doivent absolument briller durant cet Euro 2016 en France, briller pour prouver au monde que cette génération, unanimement appelée « exceptionnelle », est capable de grandes choses. Le facteur clé de la réussite des Belges lors du tournoi sera bien évidemment la forme d’Eden Hazard, plus que discret cette année avec Chelsea, et surtout l’éclosion définitive ou non de l’avant-centre Romuald Lukaku: il ne cesse de clamer que son temps est arrivé, qu’il veut jouer dans des grands clubs, l’été 2016 devrait nous donner une indication sur la maturité du jeune attaquant. Marc Wilmots est toujours à la baguette, à lui de trouver les mots justes pour emmener son équipe sur le toit de l’Europe.

L’Italie, jamais favori, toujours présent

C’est sans aucun doute la nation la plus détestée de France depuis le mondial allemand de 2006, la fameuse théorie des briseurs de rêve Italiens. Annoncée en déclin depuis le passage à vide de 2010, l’Italie n’est finalement jamais aussi forte que lorsqu’elle est sous-estimée. Penser ainsi sera rapidement mettre de côté les nombreux titres glanés par la Squadra Azzura, et je ne parle pas de ceux des années 1930 ! Leader incontesté de sa poule lors des qualifications, l’Italie manque à coup sûr d’un véritable leader dans ses rangs, mais elle saura compter sur un collectif solide et solidaire, la douce espérance d’assister à un nouvel affrontement entre la France et nos chers voisins transalpins.

L’Irlande, un épouvantail en quête de revanche

L’Irlande l’a déjà démontré durant la phase de qualifications, ce n’est pas une petite nation à prendre à la légère, une organisation parfaitement huilée signée Martin O’Neill, et une ligne de défense solide comme le roc, qui termina même avec de meilleures statistiques que l’Allemagne. Il faudra également compter sur le légendaire fighting spirit irlandais, une qualité innée qui sera en plus démultipliée par la présence du non moins combattant Roy Keane. Ils se sont même offert le cadeau de battre les champions du monde en titre lors d’un match décisif pour le rendez-vous français, alors qui sait ce que les Irlandais nous réservent en France, ce pays qui leur a tant pris.

La Suède : dernier tour de piste pour un Géant

Footballistiquement parlant, on n’attend pas forcément grand-chose de cette équipe de Suède pour l’Euro 2016, après une campagne de qualification plus que poussive arrachée dans les derniers instants face aux frères ennemis danois. Non, l’intérêt majeur de cette équipe de Suède est la présence de Zlatan Ibrahimovic, l’attaquant de 34 ans ayant à cœur de porter haut les couleurs de son pays. Ce sera certainement son dernier tournoi international majeur, une dernière balade sur les pelouses françaises pour que l’on puisse admirer cette technique si particulière: et au final, après une bonne marche d’1h30, Zlatan aura marqué et délivré des passes cruciales, une dernière fois, plaisir d’offrir, joie de recevoir.


Commentez cet article

Laisser un commentaire

Retrouvez également 360Sport gratuitement par mail et sur votre smartphone: