Les 7 pubs Joga Bonito qui ont inspiré toute une génération

Modifié le

publicités Nike, Joga Bonito

Comment la campagne publicitaire de Nike, « Joga Bonito », a inspiré toute une génération de fans de football.

Publicité

La première vidéo d’une série de publicités Joga Bonito est arrivée sur nos écrans il y a exactement 10 ans, en février 2006. On y voyait un barbu, en la personne d’Eric Cantona, venir retourner un plateau d’émission télé allemand fictif sur le football intitulé « Fussball Dossier ». Le « King » venait secouer le monde du foot en souhaitant que le jeu soit révolutionné.

La cause

Cantona s’adresse alors aux Allemands, et plus largement au monde entier: « Depuis trop longtemps, menteurs et tricheurs, pourrissent le foot. » Le Français donne un discours passionné pour nous rappeler que le jeu repose sur « le talent, le cœur, l’honneur, la joie, et l’esprit d’équipe », et avec l’aide de la légendaire équipe du Brésil, championne du monde en 2002, c’est exactement ce que nous offre la campagne publicitaire de Nike.

On retrouve là l’équipe du Brésil que ceux qui sont trop jeunes pour avoir vu les grands joueurs brésiliens des années 1970 et 80, associent toujours avec la plus grande nation du football sur Terre: Roberto Carlos, Ronaldinho, Kaka, Adriano, Robinho et Ronaldo pour ne citer qu’eux. « Ensemble, vous et moi pouvons lui rendre à nouveau toute sa beauté ! » (au jeu) conclut Cantona.

Joie

« Joie », le deuxième épisode de la série, utilise de réelles images de Ronaldinho dans son enfance lors d’un match de futsal à 5 contre 5 dans sa ville natale de Porto Alegre, au Brésil. De la même manière, il éblouira plus tard par son jeu les stades du monde entier. Eric Cantona est émotif en commentant le clip vidéo, nous rappelant la capacité de l’enfant à essayer, oser, jouer, juste parce qu’il aime ça !

Avec des images d’un Ronaldinho plus vieux, exprimant sur le parquet la même joie, le même bonheur et le même amour pour le jeu, Eric Cantona, en dépit de ses innombrables succès, conseille à ses « frères » de ne « jamais grandir ».

Talent

Dans « Talent », nous voyons un Cristiano Ronaldo âgé de seulement 21 ans, en duel avec un Zlatan Ibrahimovic au crâne rasé, qui à l’époque ressemblait plus à un tueur qu’à un footballeur.

Publicité

Les deux protagonistes ne semblent pas impressionnés par le talent de chacun, humiliant des défenseurs et des gardiens de but, et visant des plots en équilibre sur la tête de figurants terrifiés par des reprises de volée de 30 mètres. On imagine qu’il a fallu faire plusieurs prises pour ces séquences là, et que l’un des figurants a pu repartir le nez cassé, ne sachant pas à l’époque qu’il avait devant lui deux futurs joueurs parmi les meilleurs au monde.

Esprit d’équipe

Peut-être que le spot publicitaire le plus mémorable de la série fut « l’Esprit d’équipe », qui suit l’équipe du Brésil de la Coupe du Monde 2002, dont les joueurs chantent et jouent des instruments en quittant le bus de l’équipe en direction du vestiaire.

La fameuse scène du vestiaire avec le ballon qui passe d’un pied à l’autre dans une frénésie très « freestyle », suivie par des images des joueurs bras-dessus bras-dessous pour la prière commune, avant qu’ils ne se dirigent sur le terrain pour donner de la magie au jeu sur les airs de samba de « Mas Que Nada ».

Honneur

« Honneur » met en scène Thierry Henry qui joue avec des amis et de la famille sur un terrain de foot de rue. Cantona dit que les gens ont oublié ce qu’est l’honneur. « Mais pas ici. Dans les rues, vous ne pouvez pas vous cacher derrière le sifflet de l’arbitre, et vos pieds doivent faire toute la conversation. Ici les dribbleurs sont rois. Les simulateurs sont mis à l’écart. Faites du beau jeu. »

Envie

L’envie s’empare de Wayne Rooney lorsque son équipe prend un but à l’entraînement. Cantona dit que sans cœur, sans envie, on ne peut pas jouer au football. Rooney joue pour Manchester United comme attaquant, mais il décide d’aller dans les buts, et l’envie va lui donner la force d’aller chercher les tirs de ses coéquipiers pour réaliser de beaux arrêts. Ensuite, il s’en va marquer un but tout seul, malgré les instructions de Sir Alex Ferguson qui lui dit de rester où il est.

Joga Bonito, passe ta balle

Pour ceux qui n’auraient pas encore compris ce qu’est le « Joga Bonito », le « beau jeu » en portugais, Eric Cantona vous l’explique avec une dernière vidéo qui met en scène de nombreux joueurs du monde entier, professionnels ou amateurs.

La série « Joga Bonito », en plus d’être une campagne publicitaire réussie, a lancé à l’époque un appel pour faire revenir la beauté dans le jeu, sur les terrains, dans les parcs, les terrains de futsal et surtout dans les stades. Nike a su toucher les jeunes, qui se sont empressés de demander à leur parents de leur acheter un ballon blanc et or.


A voir aussi dans la rubrique 360 Trophy
Commentez cet article

Laisser un commentaire

Retrouvez également 360Sport gratuitement par mail et sur votre smartphone: