PARTAGER

La Coupe du Monde de football est désormais terminée, il est temps de faire le bilan de cet évènement planétaire. Les chiffres sont astronomiques, et chaque année le pays qui organise le tournoi sous la direction de la FIFA relève un impressionnant défi, celui de réussir une Coupe du Monde époustouflante pour tous les amateurs du ballon rond. Voici les chiffres et le résumé de cette édition 2018.

Tout d’abord, pour ceux qui auraient vécu en dehors de la civilisation ce dernier mois, la Coupe du Monde a commencée le 14 juin avec un match de poules entre la Russie, le pays hôte, et l’Arabie Saoudite. Jusqu’au 28 juin les matchs de poules se sont succédés jusqu’à ce qu’il reste 16 pays dans la course au trophée d’or. Finalement, le 15 juillet ce sont les français qui emporteront la coupe après leur match contre la Croatie et leur victoire de 4 buts à 2.

Avant que cela commence, on attendait 3,5 milliards de téléspectateurs, pour une diffusion dans 200 pays. Cette activité télévisuelle rapporte beaucoup d’argent aux chaînes qui diffusent les matchs, tout ça grâce aux annonceurs et spots publicitaires qui apparaîtront sur les écrans.
En parlant de la publicité, les partenaires de la Coupe du Monde sont nombreux, et la FIFA est très transparente sur le sujet, avec une page dédiée aux sponsors et partenaires sur leur site. Ainsi, Bosch et d’autres fabricants de marque aident en quelque sorte au succès de l’évènement sportif, grâce à leur investissement.

En 2017, nous avions appris que le budget disponible de la FIFA pour l’organisation en Russie était passé de 643,5 milliards de roubles (9,5 milliards d’euros) à 678 milliards de roubles (10 milliards d’euros). Ces montées d’argent (et parfois baisses, comme ça avait été le cas en 2015) sont fréquentes et elles ont été nombreuses pour ce Mondial 2018 en Russie. C’est compréhensible puisque la Russie créa plusieurs installations et en rénova d’autres ces dernières années.
Sur tous les fonds dont disposait l’hôte de la Coupe du Monde cette année, près de 30% venaient “d’entités juridiques et économiques”, ce qui peut vouloir dire deux choses: on parle là de fonds privés ou d’entreprises publiques.

Les investissements dans cette Coupe du Monde peuvent être différents. Si l’on parle de sponsors, leur investissement sera financier, et donc ils apparaîtront de plusieurs façons durant le tournoi: spots publicitaires, affiches et promotion qui incitera les gens devant leur poste de télévision et les spectateurs en Russie à consommer les produits de ces marques sponsors. En parlant de ces spectateurs qui viennent des quatre coins du monde pour voir la Coupe du Monde en direct, ce sont des millions de personnes qui étaient attendues entre le début et la fin du tournoi, et elles auront rapporté beaucoup d’argent, ce qui couvre l’investissement de départ pour le pays hôte. Les chiffres ne sont pas encore là mais ils seront positifs sans doute.

L’autre face des investissements dans La Coupe du Monde se trouve avec les collaborateurs. La différence est mince entre collaborateurs et sponsors, mais elle est facile à comprendre. Les collaborateurs apportent des produits aux participants durant l’événement pour améliorer celui-ci. Ainsi, l’alliance entre Hyundai et la FIFA a été très utile pendant la compétition, et les véhicules de la marque ont été mis à disposition du staff ainsi que des équipes nationales. Ce partenariat se renouvellera en 2022 pour la prochaine Coupe du Monde.

Durant ce Mondial 2018 de nouveaux partenaires et sponsors ont surgi au devant de la scène. Parmi les grosses marques comme McDonald’s, Adidas ou Hyundai, qui sont connues dans le monde entier, on a pu découvrir de nouvelles firmes qui proviennent toutes d’un même pays, la Chine. Ainsi, les produits de Hisense, Mengniu et Vivo sont apparus aux yeux du grand public durant l’événement sportif.

La première marque propose des produits électroménagers, et on comprend rapidement que l’entreprise ne s’est pas développée à l’international vu que le site est uniquement en chinois.

Le deuxième sponsor asiatique, Mengniu, s’occupe de vendre des produits alimentaires en Chine, plus spécialement dans le secteur laitier. En 2017 l’entreprise a signé avec la FIFA en tant que sponsor pour la Coupe du Monde de l’année suivante, mais ce n’est pas la première fois qu’elle rentre dans ce genre de jeux. En Chine, Mengniu est également un partenaire de l’industrie aérospatiale du pays, de NBA Chine et de Shanghai Disney Resort, et un fournisseur exclusif de produits laitiers pour Beijing Global Resort.

Finalement, Vivo est une marque de téléphones qui a surpris grâce à son haut niveau de technologie. Malgré le fait que la marque soit peu connue, en réalité c’est une partie du groupe BBK Electronics Corporation, où les firmes Oppo et OnePlus opèrent aussi.

 

En conclusion, les partenaires sont nombreux durant la Coupe du Monde, chaque édition en apporte de nouveaux ou renouvelle les contrats, ce qui permet au public de profiter d’un évènement planétaire réussi.