Les buts les plus déloyaux

On vous arrête tout de suite, on ne va pas vous mettre le but de William Gallas suite à la main de Thierry Henry contre l’Irlande. Ni même le but de Diego Maradona de la main dite de “Dieu”, et encore moins celle que Leo Messi a plagié de son aîné argentin. Ce genre de buts, même volontaires, ont été inscrits dans le feu de l’action. Ils n’étaient pas forcément voulus, et puis les arbitres auraient pu les refuser. C’est bien d’autre chose dont on vous parle là. Les buts que vous allez (re)découvrir sont beaucoup plus malsains, beaucoup moins loyaux. Quand on écrit les “buts les moins fair-play”, on veut parler de ces buts inscrits dans un esprit déloyal. Rappelez-vous : le Fair-Play est l’esprit sportif qui désigne une conduite honnête au football (entre autres). C’est une règle non écrite qui doit s’appliquer de façon honnête sur le terrain. Dans la plupart des cas, elle se présente sous la forme d’une remise de balle à l’adversaire.

La victoire est sans valeur si elle a été acquise de façon antisportive ou malhonnête.

Mardik Mardikian, Syrie (U22)


Lors du quart de finale opposant la Corée du Sud des moins de 22 ans à la Syrie U22 (Coupe d’Asie U22), à Oman le 19 janvier 2014, l’attaquant syrien Mardik Mardikian a marqué l’un des buts les moins fair-play de l’histoire. A la suite d’une blessure d’un joueur syrien, les Coréens sortent la balle en touche afin que le joueur adverse puisse recevoir des soins. Sur la remise en jeu, Mardik Mardikian récupère la balle et marque un but sous les yeux médusés de tous les autres joueurs qui s’étaient arrêtés.

Luiz Adriano, Shakthar Donetsk


À Copenhague, le mardi 20 novembre 2012, lors d’un match comptant pour la 5ème journée du Groupe E de la Ligue des Champions UEFA entre le Shakthar Donetsk et le FC Nordsjaelland, s’est déroulée l’une des scènes les plus invraisemblables du foot. En effet, plutôt que de respecter le code déontologique du parfait footballeur, l’attaquant brésilien du club ukrainien, Luiz Adriano, inscrit un but alors que la balle aurait dû être rendue aux Danois après une interruption de jeu.

Le FC Nordsjaelland a le ballon, mais l’arbitre français Antony Gautier décide d’arrêter l’action alors qu’un joueur de cette même équipe est au sol. M. Gautier, après que tout le monde se soit replacé, relance le jeu par une balle à terre. Le fair-play voudrait ici que les ukrainiens de Donetsk rendent la sphère aux adversaires, afin de reprendre le jeu tranquillement. Sauf que Luiz Adriano en décide autrement et joue l’action à fond en allant battre le gardien. “Heureusement”, le FC Nordsjaelland, qui criait à l’injustice, a remporté la rencontre 2-1.

Piero Alva, Universidad Cesar Vallejo

https://www.youtube.com/watch?v=fGEOTOKuy3A
Dans le championnat péruvien de football, l’Universidad Cesar Vallejo reçoit l’Union Comercio. Lors d’une action de ce match, le gardien de l’Union Comercio semble touché à la tête et s’effondre sur le terrain. Il relâche le ballon au sol, pensant que l’action serait arrêtée. Juan Flores vient pour dégager le ballon, mais Piero Alva, l’attaquant de l’équipe, met son pied en opposition et le ballon roule dans les filets.

K-Stars


Comment gâcher une ouverture du score ? En célébrant son but trop longtemps… Lors du tournoi international “Future Champions” qui promeut la formation des jeunes joueurs en Afrique, les joueurs mozambicains du Clube Ferroviario de Maputo ont voulu célébrer leur but face aux Zambiens des K-Stars un peu trop longtemps. Résultat : ils se sont fait piéger sur le coup d’envoi adverse.

CFR Cluj


Menés 3-0 à l’heure de jeu par Mioveni en Coupe de Roumanie, les joueurs du CFR Cluj se sont offerts un retour fantastique, mais cependant gâché par un terrible manque de fair-play. Revenu à 3-2 à la 88ème minute, Cluj obtient une touche après que les adversaires aient sorti le ballon pour qu’un joueur touché puisse être soigné. Un joueur de Cluj effectue alors la touche, lançant les attaquants vers le but, alors que la défense ne bouge pas, pensant que le ballon va leur être rendu. Le score est donc de 3-3, mais Cluj va finalement arracher la victoire dans les arrêts de jeu, leur adversaire n’ayant que les yeux pour pleurer.

Juan Manuel Falcon, Zamora FC (Venezuela)


L’attaquant de Zamora FC (Venezuela), Juan Manuel Falcon, a marqué ce qui pourrait être le but le moins loyal de ce classement. Alors que les joueurs de Mineros de Guyana se sont arrêtés de jouer, leur gardien de but, blessé, indique à l’attaquant adverse de rester à l’écart pour que le jeu soit stoppé un instant. Mais Juan Manuel Falcon semble porter des œillères et jouer l’indifférence, puisqu’il n’a pas hésité à prendre le ballon et marquer dans le but vide. Suite à cela, va s’en suivre une révolte des autres joueurs, mais le mal est fait. Juan Manuel Falcon joue aujourd’hui au FC Metz.

Podbrezová, Slovaquie


Les joueurs de Podbrezová en Slovaquie n’ont pas l’air de savoir que football rime avec fair-play. Ils ont en effet inscrit un but aussi scandaleux que déloyal. Lors de ce match de championnat, alors que leur adversaire vient d’inscrire un but et le fête avec le reste de son équipe près du banc de touche, les joueurs de Podbrezová ne vont pas hésiter une seconde à rapidement jouer le coup d’envoi pour marquer sous l’œil médusé de leurs adversaires. On se demande pourquoi l’arbitre a sifflé le coup d’envoi alors que l’autre équipe n’était pas replacée. Pour la petite histoire, l’équipe de Podbrezová s’est inclinée sur le score de 2-1. Il y a quand même une justice, parfois.

Jan Vertonghen, Ajax Amsterdam


Le but n’a pas l’air intentionnel mais il a bien sa place dans ce classement selon nous. Pourquoi avoir rendu une balle si difficile à négocier pour le gardien adverse ? Le jeune Jan Vertonghen de l’Ajax, alors âgé de 19 ans, a rendu la tâche difficile au gardien du SC Cambuur, qui n’a pu empêcher ce tir des 50 mètres de rentrer. C’était à la suite d’un arrêt de jeu et le joueur s’est excusé immédiatement. Fair-Play sur ce coup là, l’Ajax Amsterdam va alors permettre à l’autre équipe de marquer un but pour réparer l’erreur de Jan Vertonghen.

Marc Overmars, Arsenal


Arsène Wenger, l’entraîneur d’Arsenal, est considéré par les Britanniques comme l’incarnation du fair-play depuis un fameux 8ème de finale de FA Cup opposant Arsenal à Sheffield United, le 13 février 1999. Au cours de ce match, les Gunners s’imposent 2-1 grâce à un but de son attaquant Marc Overmars. Les joueurs de Sheffield avaient sorti volontairement le ballon suite à la blessure d’un de leurs joueurs. La touche est alors rapidement jouée et Overmars marque, qualifiant son club pour les quarts de finale, sans aucun mérite. Ce but déloyal fut cependant rattrapé par le fair-play du coach Wenger.

De sa propre initiative, le stratège alsacien propose que la rencontre soit rejouée quelques jours plus tard. Sheffield United accepte et lors de ce second match, Arsenal se qualifie à la régulière sur le même score (2-1).

Bonus : le dribble osé de Elton Martins (Medellin, en Colombie)


Le geste est beau à voir certes, mais il est très osé. Et il n’a pas du tout été apprécié par les joueurs du Deportivo Cali, qui le considère comme irrespectueux. Medellin mène 3-2 et il reste une poignée de secondes à jouer. Martins réceptionne une longue transversale par un contrôle de la poitrine et cale ensuite le ballon sur sa nuque. C’est aussi ça le fair-play : le respect des autres.

Si vous connaissez d’autres buts pas du tout fair-play, n’hésitez pas à commenter ci-dessous !

Crédit photo principale : Daily Mail

Ne ratez plus les news sportives les plus importantes grâce à la newsletter envoyée chaque mardi. Vous allez adorer !

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici