PARTAGER
Racing Métro 92 vs Montpellier : une demi-finale du Top 14 en 2011. Crédits photo : Florent Puissegur, 28 mai 2011, Wikimedia Commons

Inattendu à ce stade de la compétition et véritable outsider, le LOU avait la chance incroyable de disputer une demi-finale de Top 14… à domicile. Malheureusement, la maîtrise de Montpellier – leader incontesté de la phase de poule et grand dominateur cette année du championnat français – a su profiter de la fatigue des Lyonnais, épuisés par un match de barrage s’étant joué aux prolongations face à Toulon, pour enquiller quarante points.

L’ogre montpelliérain

Si le Castres Olympique s’est qualifié samedi après-midi dans un match serré contre le Racing 92, Montpellier a assuré sa place en finale dès vendredi soir, relativement facilement, face au Lyon Olympique Universitaire. Ainsi, le club de l’Hérault qui n’était plus accédé à ce stade de la compétition depuis 2011, seule finale de son histoire, affrontera le CO. Les Montpelliérains vont tout faire pour décrocher enfin un bouclier de Brennus, un trophée que les Castrais avaient encore obtenu en 2013, avant de disputer une nouvelle finale en 2014.

Vendredi soir au Groupama Stadium, Montpellier n’a pas tardé à ouvrir le score avec une pénalité de Pienaar dans les premières minutes de jeu. Jusqu’à la 25e minute, la rencontre reste ouverte avec des buteurs de chaque camp se répondant l’un à l’autre pour arriver au score de 9-6 en faveur des Montpelliérains. Tout bascule alors avec l’essai de l’ailier Nadolo, transformé par Pienaar : 16-6.

Un match à sens unique ?

Mais le LOU n’a pas dit son dernier mot et s’accroche encore, malgré sa faiblesse en mêlée. Revenu à 16-9 à la demi-heure de jeu, il ne peut cependant rien faire contre un essai de Dumoulin, de nouveau transformé par le buteur castrais. La première mi-temps s’achève ainsi sur le score déjà assez large de 23 à 9.

L’avance montpelliéraine est confirmée dès la première minute de la seconde période grâce à la botte de Pienaar. Le Sud-Africain peut en outre huit minutes plus tard transformer l’essai de son coéquipier Picamoles (élu homme du match), portant le panneau d’affichage à 33-9…

Cela fait d’autant plus mal que Willemse inscrit un nouvel essai pour le MHR, de nouveau transformé par Pienaar… 40 à 9, ça ne fait pas sérieux pour une demi-finale de Top 14. Heureusement, Mike Harris signe enfin à la 78e minute un essai pour le LOU, non transformé par Michalak, afin de sauver l’honneur en ramenant le score à 40-14. En bref, Lyon n’est pas encore mûr pour le bouclier de Brennus…

Source :

20 minutes