Source : Pixabay. Le rugby français est en train de régressé.

Après 19 défaites consécutives, la place de l’Italie dans les Six Nations a été sérieusement examinée alors que la menace de relégation pèse de plus en plus lourd, notamment avec la fédération internationale de rugby qui débat actuellement de la manière de réorganiser le sport au niveau mondial.

Le directeur de la fédération italienne, Conor O’Shea, a peut-être contrarié par le ton de son interrogatoire après la défaite 26-15 de samedi face au pays de Galles. Mais la seule chose que les Italiens peuvent dire cette semaine, c’est qu’au moins ils sont arrivés à faire mieux que d’autres. En effet, la France se présente aujourd’hui comme l’une des pires équipes de l’histoire du championnat.

La France est en déclin

La manière dont ils ont échoué à tirer les leçons de leurs erreurs dans la défense face à l’Angleterre montre l’incapacité des Français à se relever. Les critiques diront que les signes étaient déjà là après l’avance de 16 points des Anglais.

Voici la vidéo résumant cette défaite cuisante :

Malgré cela, les spécialistes pensent que les joueurs ont envie de gagner. Cela s’est d’ailleurs reflété dans le match face à l’Angleterre. Pourtant, durant la deuxième semaine des Six Nations, Jacques Brunel a montré ses faiblesses.

La stratégie de Brunel

Brunel a accordé une attention particulière à la défense. Gaël Fickou et Damian Penaud, deux centres de métier, ont été nommés sur l’aile. Le seul ailier naturel de l’équipe a été placé à l’arrière. Il n’était donc pas surprenant que l’Angleterre ait délibérément ciblé le trio et récolté les fruits de cette victoire.

Après le coup de sifflet final, Brunel a indiqué qu’il n’y avait rien à dire et que le match était terminé. Le sélectionneur français n’inspire pas confiance dans le meilleur des cas. Pourtant, en montrant une réticence totale à accepter la responsabilité de son échec, il est conscient que son temps a passé.

Source :

Independent