Source : Pixabay. L'homophobie dans la Ligue 1.

Un deuxième match de championnat français en trois jours a été  interrompu pour des bannières homophobes lors de la victoire du PSG contre Metz 2-0 vendredi. L’arbitre Frank Schneider a arrêté le match brièvement après le déploiement des bannières en première période.

Il a ensuite permis au jeu de reprendre quelques minutes plus tard, après leur retrait. Le dernier incident est survenu après le match de mercredi entre Nice et Marseille, qui a été arrêté pendant plusieurs minutes après que les supporters de Nice aient déployé deux banderoles avec des messages homophobes.

Les détails de cette affaire

Les fans de Metz ont semblé réagir à cet incident en ciblant la ligue française en affichant une banderole indiquant : « Je ne serai pas à la télévision parce que mes mots ne sont pas très gais ». D’autres bannières ont fait référence à la Coupe du monde 2022 au Qatar.

Ci-dessous une vidéo relatant ces faits :

L’homosexualité est illégale au Qatar, qui entretient des liens avec le PSG par l’intermédiaire de son propriétaire, Qatar Sports Investments. La ligue française tente d’éliminer les chants homophobes lors des jeux. Plus tôt ce mois-ci, un arbitre a interrompu un match de deuxième division entre Nancy et Le Mans pendant environ une minute après le premier appel lancé par les haut-parleurs pour empêcher les chants homophobes.

Le PSG victime de nombreuses blessures

Face aux nombreuses blessures de joueurs clés, le coach du PSG, Thomas Tuchel, a titularisé son jeune gardien de 19 ans, Marcin Bulka. Le milieu de terrain de 17 ans, Adil Aouchiche, a aussi fait partie des 11 de départ lors de ce match.

Bulka a débuté à la place d’Alphonse Areola, qui serait sur le point d’achever son passage au Real Madrid dans le cadre d’un échange avec Keylor Navas. Les blessures du PSG se sont aggravées avant le match d’ouverture de la Ligue des Champions contre le Real le 18 septembre.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here