PARTAGER
Source : Wikimedia Commons. Le CIO va ouvrir une enquête concernant les déclarations d'un athlète russe.

Un patineur russe a dédié la première médaille de son pays aux Jeux olympiques d’hiver à ses compatriotes qui ont été bannis des Jeux d’une manière dure et injuste. Semen Elistratov, qui a remporté le bronze pour l’équipe russe, fait l’objet d’une enquête du Comité international olympique (CIO) pour ses commentaires.

Si vous avez manqué cette annonce, voici les détails :

La Russie est interdite de compétition aux Jeux olympiques d’hiver, mais 169 de ses athlètes ont été autorisés à concourir en tant qu’athlètes olympiques de Russie (OAR). Après avoir obtenu sa médaille de bronze lors de la première journée des Jeux, l’athlète de 27 ans a déclaré qu’il avait eu des difficultés à retenir ses larmes. Il est incroyablement heureux d’avoir gagné cette médaille, malgré tous les problèmes entourant le sport russe, a-t-il confié.

Une déclaration qui n’a pas plu au CIO

Après la remise des médailles, l’athlète russe a fait une déclaration surprenante en dédiant sa médaille à toutes les personnes qui ont été exclues de ces Jeux. Il a indiqué que sa médaille est pour tous ces gens.

Source : Wikimedia Commons. Un athlète russe a dédié sa médaille à ses compatriotes.

Ses commentaires font l’objet d’une enquête parce qu’ils semblent enfreindre les règles des JO. En effet, le CIO pense que ces déclarations sont d’ordre politique. La Russie a été interdite à cause d’une affaire de dopage soutenu par le gouvernement.

Un non-respect des règles

Pour être éligible à la compétition, les athlètes représentant l’OAR doivent se conformer aux directives strictes établies par le CIO, concernant notamment le respect de la décision de la commission exécutive du CIO. D’autres mesures ont également été prises pour ces athlètes russes. Elles comprennent le fait de s’abstenir de toute forme de publicité, d’activité et de communication associée au drapeau national, l’hymne, emblème et symbole.

En réalisant ces déclarations, l’athlète russe risquerait des sanctions de la part du CIO. En effet, il n’aurait jamais dû parler de son pays lors de son discours.

Source :

BBC