PARTAGER
Racing Métro 92 vs Montpellier : une demi-finale du Top 14 en 2011. Crédits photo : Florent Puissegur, 28 mai 2011, Wikimedia Commons

Ce week-end, c’était la 26e journée du Top 14 qui se jouait. Il s’agissait de la dernière avant les phases finales. Or, elle s’est soldée sans grandes surprises, sauf peut-être concernant la qualification désormais actée de Castres et de Lyon pour les matchs de barrage, « quarts de finale » officieux du championnat de France de rugby.

Un top 6 qui aura suscité le suspense

Montpellier, depuis un moment leader incontesté du championnat, était assuré de rejoindre directement les demi-finales du Top 14. Le relâchement induit a permis au LOU de s’impose à domicile 32 à 24 face au club de l’Hérault. Une belle victoire arrachée peu avant le coup de sifflet final grâce à Xavier Mignot et synonyme de 5e position.

De son côté, Castres a atomisé Oyonnax 54-3, décrochant ainsi la dernière place qualificative pour les barrages des phases finales. En revanche, La Rochelle restera au pied du top 6. Pourtant, ses joueurs ont vraiment tout donné, parvenant à s’imposer 31 à 7 face à un Stade français toujours moribond.

La deuxième place a été remarquablement acquise par le Racing 92, bellement vainqueur à domicile d’Agen (42-13). Le club de l’Ouest parisien est donc prêt pour sa finale européenne. Les Toulousains se sont quant à eux inclinés à Clermont (36-26) pour terminer sur la dernière marche du podium, tandis que le Rugby Club Toulonnais a été défait sur le terrain de Pau (38-26). Il faut dire que les Palois comptaient sur une défaillance de leurs trois principaux concurrents pour espérer accrocher le top 6, tandis que les Clermontois avaient besoin de finir leur saison sur une note positive pour sauver l’honneur chez eux. D’autant plus que c’étaient les adieux d’Aurélien Rougerie :

Un bas de tableau qui ne surprend guère

Au vu de la saison qui vient de se terminer pour ce qui est de la phase de poule, on ne s’étonnera guère de la 13e place d’Oyonnax. Le club de l’Ain ne pourra se maintenir qu’en battant lors d’un match de barrage le dauphin de la Pro D2, à savoir Grenoble qui meurt d’envie de renouer avec le Top 14. En revanche, la descente sera ferme et irrémédiable pour Brive, mais c’était déjà acquis lors de la précédente journée. C’est donc Perpignan, champion de France de Pro D2, qui prendra sa succession dans la cour des grands, pour éventuellement renouer avec son glorieux passé d’équipe jouant les premières places en coupe d’Europe…

http://dai.ly/x6j023b

S’il y a bien un club qui peut pousser un « ouf » de soulagement à trois points près, c’est le Stade français. En effet, la piètre performance des Parisiens largement défaits aura toujours été moins violente que les déficiences de son principal concurrent : Oyonnax. Remarquons au passage que le CA Brive-Corrèze a su laver son honneur en battant de peu l’Union Bordeaux-Bègles 22 à 20.