PARTAGER
Source : Pixabay. Un haut dirigeant du CIO se retire de ses fonctions.

L’univers du sport fait souvent face à de nombreux problèmes, notamment au niveau des dirigeants. Des allégations de fraudes entourent ce secteur. Récemment, l’une des personnalités les plus influentes du sport international a quitté le Comité international olympique après avoir été accusée de falsification en Suisse.

Cheikh Ahmad al Fahad al-Sabah a déclaré qu’il se retirait temporairement de ses fonctions, mais il nie tout acte répréhensible, qualifiant ces allégations d’actions malveillantes visant à ternir son image. Il a notamment expliqué qu’il s’agissait de fausses accusations dirigées par des factions politiques au Koweït.

Les raisons de ces accusations

Cette annonce intervient après que le cheikh et quatre autres hommes, dont trois avocats, ont été inculpés en Suisse pour un système de falsification complexe lié à ses efforts visant à prouver que l’ancien Premier ministre et le président du Parlement du Koweït étaient coupables de fraudes et de corruption.

Voici les discours de ce haut responsable en anglais en Indonésie :

Le cheikh, ancien membre du conseil de la FIFA, avait auparavant démissionné de ses fonctions dans le football après avoir nié toute allégation le liant à Richard Lai, membre du comité d’audit et de conformité de la FIFA, qui avait été accusé de corruption.

Un haut dirigeant du CIO

Il est resté longtemps membre du CIO, proche du président de l’organisation, Thomas Bach, ainsi que du président de l’association des comités nationaux olympiques et du président de la commission de la solidarité olympique chargée de distribuer des millions de dollars pour aider les athlètes.

Son porte-parole a indiqué qu’il a décidé de se retirer temporairement de ses rôles et responsabilités de membre du CIO. Selon les autorités suisses, M. Ahmad aurait présenté des vidéos intrigantes. D’après les accusations, il aurait orchestré un système complexe dans lequel il a cédé les droits de diffusion des vidéos à la société Trekell, dans le Delaware, qui serait une société écran. Il a été découvert que la société était une entreprise inexistante, sans structure.

Source :

Telegraph