PARTAGER
Source : Pixabay. Les risques du kickboxing pour les enfants.

Le kickboxing est un sport de combat qui présente des risques considérables pour la santé. Même pour les adultes, ce sport peut provoquer des blessures graves. Qu’en est-il pour les enfants ? En Thaïlande, ce sport est très populaire. D’ailleurs, dès leur plus jeune âge, les enfants le pratiquent.

Cependant, les risques sont trop grands pour les plus petits. Les législateurs thaïlandais ont récemment déposé un projet de loi interdisant la compétition de kickboxing aux enfants de moins de 12 ans. Sur le ring, les deux boxeurs s’affrontent à coups de poings, de coudes, de genoux et de pieds sur pratiquement n’importe quelle partie du corps de l’adversaire. Le public fait des paris sur ce genre de combat.

Un incident tragique qui a suscité l’attention des autorités

Les combattants de muay thai ou du kickboxing thaïlandais ont à peine huit ans. Mais la mort tragique d’Anucha Tasako, âgé de 13 ans, qui a perdu un match plus tôt ce mois-ci a permis de déterminer si les jeunes devraient prendre et infliger une punition aussi brutale au nom du sport.

Voici une vidéo en anglais relatant le décès de cet enfant :

Anucha, qui a disputé 174 matchs incroyables au début d’une carrière entamée à l’âge de huit ans, est décédé d’une hémorragie cérébrale deux jours après son combat du 10 novembre. Selon les fans, l’arbitre aurait dû arrêter le combat plus tôt. De plus, ils ont indiqué qu’aucun médecin n’était présent lors de ce combat.

Effet sur le cerveau des enfants

Avant la mort d’Anucha, des mesures étaient prises pour réglementer ce sport. Les législateurs ont récemment déposé un projet de loi interdisant aux enfants de moins de 12 ans de participer à ce genre de compétition.

Le mois dernier, le docteur Witaya Sungkarat de l’hôpital de Bangkok a publié une étude comparant le développement du cerveau entre les jeunes boxeurs et les enfants non impliqués dans le sport. Il a dit que l’étude a montré clairement que la boxe causait des dommages irréparables au développement du cerveau d’un jeune enfant.

Source :

CBC