PARTAGER
Source : Pixabay. L'affaire de dopage concernant les athlètes russes.

Le président de l’agence mondiale antidopage (Wada) est déçu après qu’il a été confirmé que l’agence antidopage de la Russie avait raté le délai imparti pour la transmission des données de son laboratoire à Moscou.

La Russie avait fixé au 31 décembre le délai pour se conformer, mais l’équipe d’inspection de Wada n’avait pas accès aux échantillons. Le pays pourrait maintenant être menacé d’une nouvelle interdiction des événements internationaux après un scandale de dopage potentiellement soutenu par l’État. Wada dit qu’il va renvoyer le dossier à son comité d’examen de la conformité. L’organisme indépendant va se réunir le 14 janvier au Canada, ce après quoi il fera une recommandation au comité exécutif de Wada.

Wada ne doit pas se laisser faire par les Russes

Tygart, qui a vaincu l’ancien cycliste américain en disgrâce, Lance Armstrong, a appelé Wada à rétablir l’interdiction des athlètes russes. En septembre, l’organisme a réintégré la Russie contre la volonté des athlètes, des gouvernements et du public.

Voici les détails de cette nouvelle en anglais :

En faisant cela, la Wada a garanti à la Russie de présenter les preuves de son système de dopage soutenu par le gouvernement russe avant le 31 décembre. Personne n’a été surpris que cette échéance ait été ignorée et il est temps que la Wada cesse de se faire possiblement manipuler par la Russie.

Comment s’est déroulé le scandale ?

En décembre 2014, 99 % des athlètes russes auraient été coupables de dopage, selon un documentaire allemand. En novembre 2015, la Wada a publié un rapport indépendant alléguant une corruption généralisée, constituant un dopage sponsorisé par le gouvernement.

En mai 2016, Grigory Rodchenkov, ancien responsable du laboratoire antidopage de Moscou, qui a tourné lanceur d’alertes, a avoué avoir trompé des dizaines d’athlètes russes aux Jeux olympiques d’hiver de 2014 à Sotchi. Un rapport du professeur Richard McLaren a indiqué que la Russie avait mis en place un programme de dopage parrainé par l’État pendant quatre ans dans la grande majorité des sports olympiques d’été et d’hiver en juillet 2016.

Source :

BBC