Raúl Rossi, histoire d’un footballeur argentin devenu un caudillo du football

Parler d’un caudillo du football, c’est parler d’une autorité et d’un caractère, d’un patron indiscutable sur le terrain, d’un leader écouté et respecté par son équipe. Néstor “Pipo” Rossi faisait partie de cette catégorie, peut-être même, il est celui qui représenta le mieux cette fonction, l’alliance improbable d’une présence physique impressionnante à une technique balle au pied digne des plus grands numéros 10. Courage, vigueur et grossièreté sont les marques de fabrique de celui qu’on surnomma el Gritón (le râleur), une authentique figure du football mondiale, celui qui restera à jamais “La Voix d’Amérique du Sud”.

Et dire que cette grande gueule a joué un rôle prépondérant dans l’histoire du football argentin et mondial serait un euphémisme maladroit : sa voix impressionnante joua différents rôles selon ses besoins, servant à humilier ses adversaire, faire baisser les yeux des arbitres et donner des ordres à ses collègues. Le point de départ pour tout caudillo qui se respecte est d’avoir un soutien populaire sans faille, et par extension le soutien de son équipe. A l’époque, les deux clubs argentins Boca et River étaient plus que désireux d’attirer le talentueux milieu; le club Millonario bénéficiant de la clairvoyance de son milieu de l’époque Carlos Peucelle qui eut la lucidité de “séquestrer” le jeune Rossi, aidé par l’entraîneur de la célèbre “Máquina” Renato Cesarini afin d’éviter tout rapprochement avec la Bombonera.

Poussières d'étoile, Néstor Raúl Rossi

Crédit photo: Twitter

Mais être caudillo dans son propre pays n’est pas suffisant pour Rossi qui décida de rejoindre un autre grand club d’Amérique Latine, Los Millionarios de Bogotá. Malgré un intérêt évident et indéniable du joueur pour les équipes à la dénomination monétaire, il forgea en Colombie une autre partie de sa légende et celle des Millionarios, formant avec Di Stefano et Pedernera el Ballet Azul (“le ballet bleu” en référence au beau jeu et à la couleur de l’équipe). La Colombie fut d’ailleurs le théâtre de son génie, 6 années de football remarquable, l’Epoque Dorée du football colombien, une réputation qui pointe le bout de son nez jusqu’à Madrid et des titres glanés, des décorations de guerre pour un général en mission. Toujours aujourd’hui la Colombie remercie le jour où el Gritón posa ses valises à Bogotá, lui le caudillo qui enseigna le football et son élégance aux Colombiens, l’Argentine le considère encore aujourd’hui comme son milieu de terrain le plus important de l’histoire, tandis que le reste du monde n’a plus que les histoires pour se remémorer le génie Rossi.

Crédit photo principale : Club Deportivo Los Millonarios

Ne ratez plus les news sportives les plus importantes grâce à la newsletter envoyée chaque mardi. Vous allez adorer !

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici