Au cours de ces dernières semaines, Red Bull a été sous le feu des critiques venant de toutes parts au sein du monde de la Formule 1. Cependant, peu de personnes ont pris la défense de l’écurie autrichienne. Et si Red Bull avait raison ?

Cet article est une tribune présentant des points de vue personnels et non représentatifs de l’ensemble de la rédaction.

Le commencement

Après une saison 2014 en demi-teinte où Red Bull a été la seule écurie à pouvoir concurrencer Mercedes, l’écurie autrichienne rencontre de gros problèmes de fiabilité en 2015 ne parvenant pas à prétendre à la victoire cette saison. Lors du week-end du Grand Prix d’Autriche, Dietrich Mateschitz commence ouvertement à critiquer Renault pour un gros retard dans la fiabilité et le développement de leur moteur après qu’ils aient été pénalisés en Autriche. Pendant ce temps, Ferrari rattrape son retard sur Mercedes.

Plus récemment, ce sont successivement Christian Horner et de nouveau le président Dietrich Mateschitz qui ont allumé Renault au sujet des performances de son moteur.

La vision du fan de F1

Des critiques qui semblent mal comprises par le simple fan de Formule 1 qui se dit: “Red Bull a déjà remporté quatre fois le Championnat du Monde des pilotes, pourquoi Red Bull ne connaîtrait pas des difficultés comme tout le monde ?” ou bien “Red Bull n’est pas une écurie automobile, mais un vendeur de canettes”… Des déclarations que l’on peut retrouver sur des forums ou sur les commentaires de la page Facebook de sites spécialisés.

Pour la première affirmation, la réflexion de ce fan est juste, mais depuis le passage du V8 au V6 turbocompressé, Renault s’est loupé au vu des résultats depuis deux années. Pour la seconde, Red Bull était présente dans le monde des sports mécaniques bien avant l’arrivée de la marque aux taureaux ailés et celle de Toro Rosso en Formule 1. En 1995, Red Bull a été actionnaire et sponsor de Sauber jusqu’en 2001 et le sponsor d’Arrows de 2001 à 2002. L’écurie de Dietrich Mateschitz est également impliquée dans une compétition de motocross freestyle qui se prénomme Red Bull X-Fighters qui a pour but de concurrencer les X Games depuis 2001.

Dietrich Mateschitz

Dietrich Mateschitz est le président emblématique de Red Bull – Crédit photo: WirtschaftsBlatt

Red Bull sponsorise également divers athlètes dans les sports mécaniques comme avec la Red Bull Junior Team où on retrouve un certain Pierre Gasly, mais aussi des athlètes de Motocross comme Tom Pages. Red Bull est aussi investie en Rallye en sponsorisant Citroën Racing de 2008 à 2012. En 2013, c’est au tour de Volkswagen d’être sponsorisée avec le succès qu’on connaît.

Une vision assez erronée en France

Dans l’hexagone, tout semble laisser croire que Red Bull exagère les problèmes, alors que sportivement Renault n’a pas bien pris son virage vers le V6, mais cet échec semble être passé sous silence en France. De la bouche de la plupart des consultants français, on semble vouloir davantage accuser Red Bull tout en appuyant sur le fait que Renault se place en “victime”.

Néanmoins lors du début de saison, Cyril Abiteboul, Directeur Général de Renault Sport F1, a donné le chiffre de 80 CV d’écart par rapport à Mercedes, et on peut se rendre compte que lors du Grand Prix d’Australie, Daniel Ricciardo concédait un retard d’un tour sur Lewis Hamilton. Depuis, peu de solutions ont été trouvées, même si à Monaco, en Hongrie et à Singapour, le moteur Renault a été mis en avant. Toutefois, le châssis de chez Red Bull doit être revu selon Renault, comme Cyril Abiteboul l’expliquait dans une interview. Qui a tort, qui a raison ?

Le refus des écuries Mercedes et Ferrari de fournir Red Bull

Red Bull a formé beaucoup de talents, mais des talents qui ne peuvent pas s’exprimer à bord d’une monoplace qui manque de fiabilité. Certes, beaucoup d’observateurs du monde de la F1 vont souligner le fait que l’écurie autrichienne est arrogante, mauvaise joueuse, et tous les arguments négatifs qui existent pour souligner la mauvaise foi de l’entreprise autrichienne. Pourtant peu d’observateurs voire aucun ne soulignent le fait que nous ne sommes plus sous l’ère du V8, mais sous celle du V6. À ce jour, et ce sont les résultats qui le démontrent, Renault a loupé son développement dans le V6 , même si vendredi 9 octobre Julien Fébreau sur Canal+ déclarait que le mécontentement de Red Bull était justifié, mais la manière de le faire savoir restait à désirer.

Juste avant le Grand Prix du Japon, les Spécialistes F1 s’étaient réunis avec comme invité Esteban Ocon. Le jeune pilote français a eu une déclaration très intéressante et intrigante à la fois: “Peut-être que Mercedes et Ferrari ont peur de fournir un moteur à Red Bull et de se faire battre”. Des propos très étonnants et très rares qui n’ont pas été suffisamment soulignés dans la presse généraliste ou spécialisée.

Un autre point de vue peut être exposé: le fan de F1 se plaint du manque de spectacle. Et si Red Bull était la réponse au manque de spectacle ? À noter que Ferrari fait partie des écuries préférées des fans d’après le sondage GPDA (l’Association des Pilotes de Grand Prix, en page 10 du PDF).

Une autre question vient également se poser: est-ce que la F1 est-elle trop conservatrice, tandis que le V6 est censé être un tournant technologique ? La question est également abordée dans le sondage (en page 11 du PDF).

Les déclarations de Monisha Kaltenborn

Le 7 octobre paraissaient dans la presse les déclarations de Monisha Kaltenborn. On pouvait y lire ceci: “Red Bull n’est pas un constructeur à proprement parler, mais une grande société multinationale”, souligne t-elle. “Ils peuvent partir du jour au lendemain sans état d’âme. On l’a vu avec BMW, Toyota et Renault en 2008-2010, ces compagnies vont et viennent comme bon leur semble, alors que pour les teams indépendantes la F1 constitue l’activité principale.”

Il y a du vrai dans ce qu’elle dit, les teams indépendantes de F1 ont pour principales activités ce sport, seulement les équipes citées ont un passé non pas en F1, mais en sport automobile en général, où elles ont rencontré de grand succès.

BMW participe par exemple en DTM avec un sacre en 2014, en IMSA, en GT-Sport. Quant à Toyota, l’écurie participe en WEC (Championnat du monde d’endurance) et fera son retour en WRC en 2017.

Renault compte un passé de motoriste à succès sous l’ère du V10 et du V8 en ayant remporté des championnats à plusieurs reprises, mais pas sur la durée. Par la suite, si Red Bull venait à partir, les petites écuries en profiteraient certes, mais la qualité du spectacle deviendrait médiocre si trop d’importance leur ait donné.

Conclusion

Il est vrai que Red Bull n’a pas à se comporter de la sorte face à Renault, tout le monde l’a bien compris. Cependant, les doléances de Red Bull ne semblent pas si injustifiées que cela et peu d’observateurs soulignent la manière dont ils travaillent et peuvent changer le visage de la F1.

Crédit photo principale : Flickr – Leo Hidalgo

Ne ratez plus les news sportives les plus importantes grâce à la newsletter envoyée chaque mardi. Vous allez adorer !

2 Commentaires

  1. Red Bull qui a raison ? C’est une blague j’espère ? Si ils sont dans la merde, c’est leur faute. Résilier le contrat avec Renault sans avoir trouver une autre solution au moment ou il le fallait, c’est vraiment une preuve d’amateurisme.

  2. Pas inscrit sur la durée le succès de Renault? 12 titres constructeur comme motoriste depuis 1990, quasiment un sur deux, avec une série de 92 a 97 et une de 2010 a 2013…Sur la même période et malgré la domination Schumacher/Todt, Ferrari ne l’a été que 8 fois et Mercedes 4, ça cause ça non?
    Honda est un bien plus gros boulet pour McLaren et ils se comportent bien plus respectueusement.
    Red Bull a raison pour une chose, que le V6 n’est pas au point, mais l’an dernier, la RB10 était trop étroite ce qui faisait sur-chauffer le Bloc, ça ne les a pas empêché de se plaindre. Bref, ce qui est, a mon avis, reproché a RedBull est plus son attitude arrogante et son refus d’admettre, au moins pour l’an dernier (leurs châssis actuel a l’air meilleurs) que tout n’est pas de la faute de Renault.
    Pour finir, dernier argument, sur les 6 victoires non Mercedes depuis Melbourne 2014, 3 sont du fait d’un moteur Renault…pas si mal pour un moteur mal conçu non?

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici